Chahmi B.

Comme durant chaque Aïd El Fitr, les Oranais se sont retrouvés depuis la fin de la semaine écoulée sans fruits ni légumes mis à part ceux qui ont fait leurs stocks en prévision de cette période de Aïd el Fitr.
En effet depuis mercredi dernier, les fruits et les légumes ne sont pas disponibles au niveau des différents marchés de la ville d’Oran. Le marché des Aurès (ex-La Bastille) est désert depuis mercredi, les étalages de fruits et légumes ont disparu. Seuls les magasins d’articles vestimentaires et de chaussures ainsi que ceux de l’alimentation générale étaient ouverts la veille de l’Aïd El Fitr. Et depuis, pas de fruits ni de légumes. Le même état de fait a été constaté pour les boucheries, qui le mercredi étaient presque vides. Cette même situation a été constatée même samedi. La majorité des Oranais ne trouvaient pas quoi cuisiner et se sont contenté de couscous, de pâtes, de conserves et de fromage et charcuterie. Il faut dire que cet état de fait est d’actualité tous les ans en cette période de fête, mais cette année la situation a duré un peu plus longtemps car la fête de la Aïd a coïncidé avec le week-end. Quatre jours sans légumes ni fruits, et ce, depuis mercredi dernier. Mardi déjà les marchands ne se sont pas approvisionnés. Ils se sont contentés de liquider la marchandise de la veille. Comme la nuit du doute était prévue le mardi soir, ils se sont dit que l’Aïd el Fitr serait le mercredi. Pour eux rien n’est perdu car ils sont tout simplement permis un congé bien mérité après un mois d’activité intense. La facture de cette situation a été, comme d’habitude, payée par les citoyens notamment ceux à modestes revenus qui s’approvisionnent quotidiennement faute de moyens, ils ne peuvent pas se permettre de faire le stock. Les autorités sont appelées à prendre les mesures nécessaires pour remédier à ce genre de situation qui complique davantage le quotidien des citoyens déjà saignés par la cherté de la vie. Espérons que durant l’Aid El Kebir, les Oranais seront mieux lotis.