Fatima. B

Durant le mois de Ramadhan qui tire sa révérence, la pomme de terre a été au centre des préoccupations du consommateur, son prix ayant gardé la tendance haussière. En fait au contraires des ramadhan des années précédentes où la frénésie des prix était limitée aux première jours de ce mois sacré, cette année peu de personnes ont pu acheter ce légume à 40 D.A comme l’avait annoncé le ministre du commerce.
Le prix de la pomme de terre, n’a pas baissé au dessous de 60 D.A, il a même atteint les 100 D.A certains jours de folie de la mercuriale. Le ministère du commerce s’était préparé pour le mois de ramadhan, mais les spéculateurs aussi et ils ont été bien futés. Cette fois ci la pomme de terre a été stockée sous terre, pour garder la hausse de son prix. C’est ce qui a été découvert par le ministère du commerce et révélé par Sami Kolli, directeur de la régulation et de l’organisation des marchés au ministère du Commerce, ce mardi matin, sur les ondes de la radio Chaine 3 de la radio Algérienne. C’est en inspectant les agriculteurs que les agents du commerce, en collaboration avec les services de sécurité, découvrent le pot aux roses. « Certains producteurs et intermédiaires indélicats ont joué sur une nouvelle pratique : laisser la pomme de terre sous terre. C’était par exemple le cas dans la wilaya de Mostaghanem, de laquelle, quotidiennement, il ne sortait que dix camions de pomme de terre cependant suite à l’intervention des services du commerce, en compagnie des services de sécurité, des centaines de camions ont pu se remplir et se diriger vers les marchés de gros », a indiqué M.Sami Kolli qui a annoncé que, « Des poursuites judiciaires ont été lancées après la constatation de ces nouvelles infractions ». Le directeur de la régulation et de l’organisation des marchés au ministère du Commerce a relevé qu’aucune anomalie n’a été relevé au niveau de l’ensemble des entrepôts de stockage.