Fatima B.

La fermeture des frontières a sauvé l’Algérie de la propagation du covid 19, mais a aussi relancé le tourisme local notamment la destination du Sud. 150.000 Algériens ont effectué des séjours dans les wilayas du sud entre octobre 2020 et février 2021. Les Algériens se sont lancés dans la découverte de leur pays à défaut de pouvoir voyager à travers le monde, mais pour que le tourisme local puisse évoluer, des mécanismes doivent être mis en place pour assurer une qualité dans la prise en charge du touriste algérien dans son pays. Dans ce sens le directeur du Tourisme au ministère du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, Moussa Benthamer, a mis en évidence l’importance d’introduire le plan de qualité dans tous les établissements hôteliers et touristiques, afin d’améliorer les prestations en fonction des exigences des clients, rappelant que 3.500 agences de tourisme et de voyages activent sur le terrain, tout en plaidant pour le soutien de la formation et la mise à disposition des guides touristiques. Le nombre de guides actuels est estimé à 149, dont 113 locaux, a-t-il fait savoir, faisant état de l’élaboration en cours d’un décret exécutif en la matière, lequel est à même d’unifier le travail des guides touristiques locaux et de ceux exerçant au niveau national.
Les efforts du secteur du Tourisme, ajoute-t-il, s’inscrivent dans “le cadre de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT) (2008-2030) qui a été mis à jour lors des assises nationales du tourisme en 2018.
Ce schéma se dessine autour de quatre axes principaux, à savoir la promotion de l’offre touristique à travers la réalisation de nouvelles destinations d’excellence, la gouvernance des destinations touristiques dépendant de la bonne gestion et l’innovation, l’introduction des technologies modernes et de la numérisation pour la promotion de la destination touristique, ainsi que le développement de l’artisanat traditionnel.

3,5 millions de personnes se redent dans les stations thermales chaque année

M.Benthamer a également mis en exergue “la vocation” des citoyens pour ce genre de loisirs, en quête de confort, sachant que les établissements thermaux connaissent une affluence de “plus de trois millions et 500.000 personnes se rendent dans les stations thermales chaque année. L’Algérie compte 288 sources thermales, dont 50 pouvant faire l’objet d’investissement vu leur “excellente qualité”, rappelant l’existence de trois (3) complexes de thalassothérapie en Algérie: un dans la capitale à Sidi Fredj et deux autres à Oran. A cette occasion, il a appelé les investisseurs à se lancer dans ce type de projets eu égard aux grandes potentialités que recèle l’Algérie dans ce domaine susceptible de contribuer au développement du tourisme et à la création de richesse et d’attirer des touristes. Le même responsable a rappelé que le secteur avait jusqu’à ce jour accordé 92 concessions aux investisseurs pour l’exploitation des sites thermaux, ajoutant que le même secteur comptait actuellement 29 établissements thermaux, dont huit relevant du secteur public, certaines communes ayant 34 hammams traditionnels qui nécessitent une réhabilitation et une modernisation en adéquation avec les normes en vigueur.