Hamra.Fouzia

Un mois après le lancement de l’opération du recouvrement par les services de la commune d’Oran à travers plusieurs secteurs urbains notamment ceux qui sont réputés par les activités commerciales, le résultat escompté est loin d’être atteint. La mission tarde encore à décoller à cause du refus d’une centaine de commerçants de payer à la commune les redevances d’exploitation des espaces et les installations de plaques et enseignes. Ceci n’a pas dissuadé les responsables du secteur urbain El Akid Lotfi à poursuivre le recensement général des commerçants en collaboration avec les services de sécurité pour la vérification de plus 600 magasins implantés dans le secteur. Les procédures engagées par les services concernés ont permis de distribuer plus de 106 ordres de versements aux commerçants exerçants des fonctions libérales à l’instar des avocats, huissiers de justices, médecins et notaires et plus de 300 ordres de versements concernant les exploitations des espaces publics. Le chargé du recouvrement au secteur urbain El Akid Lotfi a déclaré à ce propos, « On a trouvé des difficultés avec les commerçants pour le paiement des taxes. En fait, sans exagération je dirai que 50% des commerçants n’ont pas accepté de se soumettre au recouvrement de la fiscalité exigé par la commune.». Et d’ajouter : « Nous avons accordé un ultimatum d’une semaine aux commerçants contrevenants pour payer leurs taxes». Un autre chargé du recouvrement au niveau central soit aux services des finances de la commune dira, « La commune procédé au recouvrement des droits d’exploitation des espaces publics pendant des années, les commerçants ont fini par prendre l’habitude de ne rien payer mais les temps ont changé, la commune doit assurer son financement avec ses propres moyens. Si l’opération de recouvrement se ferait comme il faut, la commune pourrait autofinancer ses charges et pourquoi pas les salaires de ses employés. ».