Boualem. Belhadri

Mercredi dernier, la confusion régnait à l’entrée de l’université d’Ain Temouchent Belhadj Bouchaib. Les étudiants relevant de trois formations estudiantines agrées (UGEL, UNEA et AREN) ont décidé de cadenasser l’entrée principale en scandant des slogans en rapport à moult insuffisances restées non étayées et qui devaient trouver leurs solutions suites aux résolutions de convenances arrêtées en commun accord avec l’administration, il ya plusieurs mois. Le débrayage est venu à la veille d’un concours d’accès au troisième cycle, a-t-on appris. Cependant, en consultant les communiqués adressés à notre bureau on comprend que les choses n’ont pas évolué et datent avant même que le centre devienne officiellement université. Donc, plusieurs mois se sont écoulés sans que rien ne voie le jour quant à l’amélioration des conditions liées aux volets pédagogiques et sociaux. La plateforme de revendication a abordé d’autres points relatifs à des insuffisances d’équipements dans les laboratoires ainsi que le manque des séances de travaux pratiques. Sur le plan technique, la plateforme de revendications a soulevé le problème du faible débit de l’Internet et le non-respect des résolutions arrêtées sue PV 06/2020.