S.O/H.N

Les projets d’investissement dans la wilaya d’Oran, font face depuis des années à une multitude d’entraves liées essentiellement au manque de viabilisation dans les zones d’activités, alors que certaines zones abritent des unités industrielles au milieu du tissu urbain et agricole sans autorisation réglementaire. Dans ce sens la direction locale de l’Industrie et des mines, ne cache pas l’existence d’un climat délétère qui entoure l’activité de l’investissement dans la wilaya d’Oran, mettant en exergue la nécessité d’assainir dans le futur proche la carte des zones d’activité et mettre fin aux poches anarchiques qui se sont proliférés ces deux dernières décennies.

Selon un dernier recensement, il existe plusieurs zones qui ne possèdent pas un statut réellement clair, à l’instar de la zone « Aghbal » sur la RN 4 à Oued Tlélat, l’extension anarchique de la zone de Sidi Chahmi et celle jouxtant la RN 108 à Tafraoui, la zone de Sidi El Bachir à proximité de la forêt de Bir El Djir et d’autres zones implantées à El Kerma et Es-Sénia.

L’assainissement de ces zones et leur intégration en tant que zones d’activités, sera néanmoins au détriment de certaines zones agricoles, déplore-t-on.

C’est dans cette optique, que la direction de l’industrie et des Mines, a décidé l’annulation de la zone d’activitésde Misserghine 2, qui a été placée sous la tutelle de la conservation des forêts en tant que zone forestière protégée, nécessitant toutefois, l’annulation de 11 décisions d’octroi de concession octroyées auparavant à des investisseurs.

Une opération de délocalisation de ces assiettes foncières a été accordée par la commission d’investissement, mais à ce jour et depuis déjà 02 années aucune opération n’a été effectuée.

La zone d’activités de Misserghine-1, compte, aussi son lot de soucis, puisqu’aucun permis de construire n’a été octroyé, mettant les investisseurs de cette zone dans l’embarras. Selon les dernières informations, ce retard est causé par une lenteur administrative et que le l’entreprise chargée par la viabilisation de cette zone n’a pas encore reçu l’ODS en plus du retard considérable dans la réalisation des études liées au bilan de l’impact environnemental.

Pour rattraper ce retard accusé, des réunions périodiques à raison de 2 fois par mois seront tenues par les responsables du guichet unique, pour lever les entraves liées à d’innombrables projets d’investissements.

Par ailleurs, une liste des lacunes constatées dans le secteur de l’investissement dans la wilaya d’Oran a été levée par les responsables et divers intervenants, comme le manque de viabilisation dans la zone d’activités de Boutlélis, notamment dans le branchement au réseau d’eau potable. Dans ce sens, une proposition a été formulée pour le branchement de cette zone à la grande canalisation de Beni Bahdel. Outre ce problème, la zone de Boutlélis à besoin d’un projet de réalisation d’un échangeur en direction de la route nationale 11, pour la connecter au pôle économique de Béthioua.

La direction locale de l’Industrie a soulevé notamment, la lenteur dans l’octroi des actes et les permis de tous genres qui entrave le secteur de l’investissement, suggérant de transmettre la tâche des études des dossiers d’investissement au guichet unique pour plus de rapidité et d’efficacité.