Jalil M.

Ala fin de cette année, l’heure est au bilan et aux prévisions du budget de 2021. A l’APC d’Oran, après une année très difficile en termes de gestion et de ressources à cause de la propagation du virus Corona, on prévoit des apports financiers pour plusieurs secteurs, afin de redresser la barre. Lors de la 3ème session ordinaire tenue hier, le P/APC Noureddine Boukhatem a indiqué qu’il est temps pour la commune remette la main sur les espaces et les biens qui ne génèrent pas un centime aux caisses de l’APC. Il a dans ce cadre donné des instructions afin d’élaborer la liste des lieux squattés et les espaces publicitaires anarchiques. Par ailleurs, Boukhatem a mis sur le devant de la scène le retard enregistré dans certains secteurs urbains où on a dénombré plusieurs zones d’ombre à l’image d’El Hassi au secteur Bouamama, où les écoles primaires ne disposent, selon lui, même pas de chauffages. . Autres sujets importants ont été évoqués lors de cette session, à l’instar des salaires des communaux, les charges des sociétés publiques SONELGAZ et SEOR, ainsi que les cantines scolaires. A noter également l’adaptation des contrats des agents contractuels en durée déterminé à une durée indéterminée. Il s’agit de 1033 agents saisonniers qui ont été régularisés en agents contractuels à durée indéterminée conformément à l’instruction ministérielle N°11123 du 11.12.2019. Il est indéniable de souligner que les recettes de la commune sont de l’ordre de 4 364 751 032, 96 DA. Les charges obligatoires sont évaluées à 4 364 751 032, 96 DA, dont les salaires et les charges diverses des communaux pour 8 mois. En adoptant le budget primitif de 2021, l’APC a validé l’attribution de subventions de 04 milliards de centimes pour chacune des EPIC Oran Vert, ERMESO et Oran propreté. Les concessionnaires, quant à eux, bénéficieront d’une enveloppe financière de 180.000.000,00 DA. Le maire a appelé les responsables des secteurs urbains à faciliter la tâche aux commerçants et aux annonceurs qui viennent pour payer et bénéficier légalement d’un espace publicitaire, appelant à cette occasion à l’allègement des documents administratifs à présenter. Selon lui, cette politique qui entre dans le cadre de la nouvelle approche de l’Etat pour la prestation des services, sera la première marche pour que la commune recouvre son argent et exploite correctement ses biens.