A.Sahraoui

Le secteur de la pêche dans la wilaya de Tlemcen connaît depuis quelques années une certaine avancée, surtout avec l’avènement de l’aquaculture qui fut intégrée dans le domaine de la pêche et où la ville côtière de Honein lança sa première ferme aquacole “Aquadora”. Cette dernière fut implantée au large de la ville et rentra en production en 2016, avec une capacité de 600 tonnes annuellement, elle produit la daurade et le loup de mer. Elle dispose de 12 cages flottantes de 23 mètres de diamètre a-t-on indiqué à la direction locale de la Pêche et des Ressources halieutiques. Dans le cadre de la stratégie nationale de développement durable du secteur et grâce aux efforts consentis par des investisseurs privés afin de développer l’aquaculture marine dans la région, la production annuelle halieutique de la wilaya de Tlemcen, qui avoisine les 9.000 tonnes, sera sans aucun doute, plus renforcée, par l’apport d’une autre ferme, fruit d’un investissement de 15 millions DA, qui sera opérationnelle dès la pose des cages flottantes prévue à partir de cette semaine, à Honein, par le nouveau investisseur privé , Achour Fouad, responsable de la société “Royaume du poisson”. Selon ce dernier, son entreprise créera 20 postes de travail au départ, avec une capacité de production annuelle de l’ordre de 600 tonnes, entre daurades et loups de mer. A la direction locale chargée du secteur, on estime que la production de ces deux espèces sera confortée notamment après l’installation des cages flottantes de la ferme “Aymenfish”, qui sera, quant à elle, implantée au large de Marsat Ben M’hidi.
Un nouveau domaine dans l’aquaculture verra son jour avec « la conchyliculture » au niveau de la plage de Mâarouf, à MsirdaFouaga (daïra de Marsat Ben M’hidi). Dans ce cadre, deux investisseurs mettent actuellement les dernières retouches pour lancer deux fermes pour l’élevage des moules, une filière inexistante jusque-là dans la wilaya de Tlemcen. Une première ferme est réalisée à 90%, a assuré son propriétaire, Ammouri Sid Ahmed, signalant le recrutement de 12 jeunes, dont des plongeurs et des manœuvres. Le projet, qui a nécessité 24 millions DA, devrait être lancé dans deux mois après l’acquisition de naissains de qualité. La capacité de production de cette ferme est estimée à 80 tonnes par an. De son côté, Benhlima Kamel, qui a créé sa ferme dans le cadre du dispositif de l’ANSEJ, attend lui aussi l’importation de naissains pour démarrer son activité. Pour ce jeune investisseur, son objectif est de se lancer aussi dans la production d’huitres. Avec la concrétisation de tous ces projets en cours, l’objectif ciblé par la direction locale de la Pêche et des Ressources halieutiques est d’atteindre une production supplémentaire aquacole de 3.000 tonnes par an à l’horizon 2024. Avec ses nouveaux investissements, le secteur de la pêche dans la wilaya de Tlemcen connaîtra un essor certain, et ces côtes connaîtront des activités plus renforcées grâce aux postes de travail crées. Des métiers manuelles liés à la mer et longtemps négligés, referont surfaces à coup sûr et lesquels avec l’apport de la technologie, ne feront qu’améliorer le rendement et la production halieutique au grand bonheur du citoyen qui pourra dans l’avenir proche se permettre des poissonsjusque-là exotiques.Le port de Honein, qui renait de ces cendres, est aussi concerné par la construction et la réparation des bateaux de pêche et plus particulièrement des thoniers par l’entreprise “Techno naval”, qui selon son gérant, Benabbas Abdelmadjid « projette, aussi de construire des sardiniers, des petits métiers et même des catamarans de transport maritime »