A.Sahraoui

Après une accalmie qui aura duré quelques mois, voilà que le spectre de la peur de la propagation et de contamination, de la pandémie du covid 19, reprend de nouveau les Oranais et si la saison de l’été, a connue une certaine stabilité positive quant au taux des cas confirmés d’atteinte, ce n’est plus le cas hélas, depuis l’entame de la saison d’automne avec les rentrées professionnelles et scolaires où le barème des contaminations avérées a sensiblement augmenté.

Désormais, Oran reprend sa place aux premières loges des villes les plus touchées par la pandémie du coronavirus. La hausse des contaminations à Oran n’est pas étonnante compte tenu du relâchement de la vigilance et la négligence des mesures préventives, constatée depuis début septembre. Devant cette flambée des cas confirmés, les établissements hospitaliers sont sur le qui-vive. Le personnel médical, craint de vivre un second scénario de la première phase de contaminations. Dans ce sens, le service de pneumologie de l’Etablissement hospitalier universitaire (EHU) “1er novembre” d’Oran, a rouvert ses portes pour prendre en charge les cas de Covid-19, après avoir repris ses activités habituelles depuis plus de deux mois, a-t-on appris samedi auprès de la direction de la santé et de la population (DSP).Ce service, qui avait pris en charge pendant des mois les cas de Covid-19, a repris son régime hors Covid au mois d’août après une accalmie de la propagation de la pandémie, a rappelé le chargé de communication à la DSP, Youcef Boukhari . La recrudescence des cas de contaminations au coronavirus a contraint à recourir de nouveau à ce service, a-t-il fait savoir. Les cas qui présentent des complications et détresses respiratoires notamment sont en augmentation à Oran, ce qui motive la réouverture de ce service qui a cumulé une expérience importante dans la prise en charge des cas compliqués, a noté M. Boukhari. Les cas compliqués sont actuellement pris en charge au niveau de l’EHU d’Oran et l’hôpital de la localité de “Nedjma”, qui dispose de 240 lits, entièrement réservés à la prise en charge du Covid-19, a-t-il encore relevé. La commission de wilaya chargée de la situation du Covid-19 s’est réunie samedi matin et des mesures strictes seront appliquées dès aujourd’hui, dimanche, notamment en ce qui concerne les transports en commun et les cafés, a fait savoir le même responsable. Vendredi, la seconde ville d’Algérie a enregistré un nombre inquiétant de 132 nouveaux contaminés et rien n’indique que cette hausse cessera bientôt. Le comportement nonchalant du citoyen face à la pandémie, en est la cause principale de la nouvelle vague du covid-19. Il est à rappeler, que les instances sanitaires et politiques, n’ont point cessé de sensibiliser le citoyen à travers, les masses médias et autres actions de sensibilisations, sur les risques et dangers de cette pandémie. Aujourd’hui, les Oranais, par la réalité du terrain, sont dans l’obligation de revivre des restrictions encore plus sévères, avec l’espoir que cela atténuera la propagation du virus. Le danger reste imminent tant que les mesures de préventions sanitaires et de sécurité, ne sont pas respectées et appliquées à travers toutes les institutions et établissements publics et privés. Comment peut-on au moins freiner, cette hausse de contaminations alors que tous les espaces sont envahis par des jeunes et des moins jeunes pour la pratique du football ? que dans les surfaces commerciales les gens et le personnel des lieux, se trimballent sans la moindre bavette ? Que dans les bus les voyageurs sont presque collés les uns aux autres sans porter non plus des masques ? Comment peut-on éviter la contamination, alors que dans les bureaux de postes ou autres secteurs urbains, les gens se bousculent et ne respectent pas la mesure de distanciation ? Comment combattre ce virus dangereux qui a dérouté les scientifiques du monde entier, en continuant à négliger la moindre mesure de prévention comme porter la bavette et se rincer les mains avec le gel hydro alcoolique ?