Trois mis en cause L.M., A.M. et B.A. devant répondre des griefs d’apologie et financement de groupes terroriste ainsi qu’utilisation de moyens technologiques pour le recrutement de personnes au profit d’une organisation terroriste, ont comparu devant le tribunal criminel de première instance de la cour d’Oran.

Aux termes des délibérations le premier accusé L.M. a été acquitté alors que les deux autres écoperont de cinq années de réclusion. Sachant que le parquet avait requis dix ans de réclusion contre tous les mis en cause.
Cette affaire remonte au 28.11.2019, élucidée suite à l’exploitation d’informations parvenues aux éléments de la sécurité interne et ceux de la gendarmerie faisant état de l’implication de jeunes hommes dans une affaire d’appartenance à un groupe terroriste.
Les suspects ont été mis sous surveillance. L.M. a été le premier arrêté. Il était à bord de son véhicule qui a été intercepté au niveau du rond de Bir El Djir, il était en possession d’un téléphone portable qui comptait plusieurs enregistrement suspects et des applications utilisées par les éléments de groupes terroristes pour communiquer entre eux et télécharger des séquences vidéos des groupes armés. Trois heures après cette première arrestation tombera le second accusé il était 10 h du matin lorsqu’il a été intercepté. Là aussi sa fouille a permis de saisir un téléphone contenant des enregistrements subversifs et des applications lui permettant d’entrer en contact avec ses complices. Les deux mis en cause avaient en fait des antécédents dans les affaires liées au terrorisme. Ils avaient été arrêtés en 2013, suite à une visite au frère d’A.M., émir des groupes armés à l’EST du pays. Ils avaient rencontré lors de cette visite à Bouira, plusieurs autres terroristes. A leur retour sur Oran, ils ont été arrêtés et passeront 9 mois en détention préventive, toutefois L.M. a été acquitté suite à un procès tenu en avril 2014. Dés lors il coupera tous contacts avec A.M. jusqu’en 2016, où il se rendra chez lui suite au décès de son frère terroriste. Quant à B.A, il passera aux aveux et fera des déclarations fracassantes, donnant les noms de plusieurs autres personnes suspectes qui résident dans d’autres wilayas, dont Skikda, Relizane et Alger. Il dira aussi avoir rencontré un émir du centre du pays, un certain, Oussama qui lui a proposé de les rejoindre avec pour mission d’approvisionner les groupes terroristes en puces téléphoniques acquise sans contrats à Oran.
Cités à la barre du tribunal criminel les mis en cause se rétracteront et nieront les faits. « Votre honneur on a fait des déclarations sous la contrainte » ont-ils soutenu, ajoutant qu’en instruction ils avaient tous nié. Mais les preuves notamment contre les deux derniers accusés étaient de taille et les déclarations faites par chacun d’entre eux étaient concordantes. La défense des accusés dans son ensemble plaidera la non culpabilité.