Boualem. Belhadri

Selon notre source d’information, l’absence d’un instituteur devant enseigner les personnes analphabètes, dans la commune de Oued Sebbah (42 km au sud-est d’Ain Témouchent) a pénalisé cette frange sociale dont principalement les femmes âgées des zones rurales qui s’avèrent disposées à vouloir s’inscrire au titre du programme de l’année en cours 2020-2021.
L’enseignant apprend-on, d’autre part, devait être natif de la commune de Oued Sebbah, une condition qui est dictée par la nécessité de pouvoir exercer sans avoir des problèmes de transport, un préalable qui a un rapport avec la situation sanitaire qui y prévaut et pour laquelle les transporteurs ont cessé de travailler depuis le mois de mars 2020, début de la pandémie de covid-19.
Certainement les élus locaux sont plus que jamais interpellés et pourront résoudre ce problème notamment quand on sait que le confinement a été levé dans la wilaya d’Ain Témouchent.