Hafida B.

Centres commerciaux ouverts, M’dina J’dida ouverte, installation de points de vente de bétails à travers la wilaya, plages ouvertes malgré une décision de baignade et même les déplacements vers les wilayas pourtant interdits par le premier ministre sont tolérés à Oran où le wali n’a pas été en mesure de prendre une décision courageuse pour endiguer la pandémie. Ce laisser-aller et le non respect des mesures de préventions, notamment la distanciation sociale et le port de bavettes, dans les bus, aux portes de bureaux de poste et des banques, dans les marchés et même dans le petits commerces, font qu’Oran se retrouve en tête de podium des cas confirmés de coronavirus, depuis le début du mois de juillet. Le nombre de cas de contamination au Covid-19 au augmenté de 150% au mois de juillet par rapport au quatre mois précédents cumulés, a déclaré la Direction de la santé, de la population et de la réforme hospitalière (DSP) de la wilaya d’Oran.

« Une recrudescence des cas de contamination enregistrée durant le mois de juillet en cours fait d’Oran une des wilayas les plus touchées après Alger, Sétif et Blida, avec une augmentation de 150% par rapport aux mois de mars, avril, mai et juin cumulés », a indiqué le Dr. Boukhari, qui est également chef de service prévention à la DSP. Il a annoncé que « Plus de 2.000 nouveaux cas ont été enregistrés durant le seul mois de juillet ». Durant ce mois, le pic a été atteint, Oran s’est retrouvé à plusieurs reprises en tête de classement au niveau national, avec plus de 80 cas par jour cependant le premier responsable de la wilaya n’a toujours pas jugé utile de prendre les mesures nécessaires dont il est seul habilité à prononcer pour cerner la pandémie. Et pourtant, le premier ministre a maintenu la prérogative donnée aux walis de prendre, après accord des autorités compétentes, toutes les mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination. A Oran des citoyens avisés demandent le durcissement des mesures de confinement et de contrôle de leur application, afin de cerner le virus ravageur. Selon le Dr. Boukhari, « Plus de 3.838 cas positifs à la Covid-19 ont été enregistrés depuis le début de la pandémie jusqu’à dimanche dernier, 2.533 personnes sont guéries et 94 décès ont été déplorés ». Les chiffres avancés par ce dernier sont loin de refléter la réalité, il ya des dizaines de cas de covid 19 qui n’ont pas été hospitalisés. Durant le mois de juillet, il ya eu plus de 2000 cas positif au covid 19 Oran, qui se sont fait prescrire le protocole u traitement par les médecins de familles, où l’on tout simplement copié des pages face-book et autres.

Bloquer l’accès et la sortie de la wilaya d’Oran s’impose

Abordant les causes de la propagation alarmante du covid 19 à Oran, le Dr Boukhari a soutenu, « Les enquêtes épidémiologiques ont révélé que sur des cas positifs ou cas contacts, nous décelons souvent des cas de personnes d’autres wilayas touchées par le virus, qui se trouvent en vacances à Oran.». En fait bien que les hôteliers se plaignent d’une saison morte, en cet été, les estivants et touristes venant d’autres wilaya sont bien là, faisant le bonheur des particuliers de la corniche oranaise et même à Oran ville qui louent des appartements en toute impunité et inconscience. “Cette mobilité est inadmissible en période de crise sanitaire”, a martelé, le chef de service prévention à la DSP avant d’ajouter : “on ne sait pas si ces gens ont contracté le virus à Oran ou dans leurs wilayas respectives.”.

Montée des nouveaux cas chez les personnes de plus de 55 ans

Le Dr Boukhari, a relevé également que, « les bureaux de postes constituent également un facteur dans la situation de propagation de la Covid-19, à voir les files interminables de retraités qui s’y agglutinaient du 25 au 27 juillet ». Il a indiqué « que durant les deux derniers mois, il a été remarqué une petite montée de nouveaux cas chez la catégorie des plus de 55 ans. ».
il a expliqué, « En cherchant la cause à travers les enquêtes et questionnaires épidémiologiques, nous avons trouvé que ce sont des retraités venus percevoir leurs pensions dans des bureaux de poste, », soulignant que « malgré l’annonce de mesures, par les responsables du secteur de la poste et des communications, pour améliorer la situation en cette période du mois, un manque d’organisation dans les bureaux de poste de la wilaya est constaté conduisant à des chaînes interminables dès les premières heures de la journée ». Le Dr Boukhari a déploré que « Les secteurs du commerce, des transports, des postes et des collectivités locales sont pointés du doigt, mais aussi avec insistance, le citoyen qui ne respecte nullement les gestes barrières.».
Afin que les citoyens qui n’ont toujours pas pris conscience de la gravité de la situation, respectent ces gestes barrières, une rigueur et un durcissement des mesures de confinement s’imposent.