Hamra.F

Les membres de bureau de wilaya de l’organisation nationale des retraités et invalides de l’Armée nationale populaire (ANP), et des dizaines d’adhérents à cette association ont observé hier matin un rassemblement houleux devant le siège de la wilaya d’Oran. Ils reviennent à la charge pour demander leurs droits sociaux, en premier lieu le logement social.
Rappelons que le 22 janvier dernier, les retraités de l’armée avaient observé la même manifestation, leurs représentants avaient été reçus par le S.G de la wilaya qui vient d’être démis de ses fonctions. Alors ils lui avaient remis une liste de 500 demandeurs de logements sociaux, qui devaient être remise aux chefs de daira. Ces derniers avait été instruits de recevoir les représentants des retraités de l’Armée et de régler leur problème, or il en fut autrement. « Les chefs de daira refusent de nous recevoir, ils nous narguent et avec nous une instruction du wali. » ont crié les protestataires hier aux portes de la wilaya où « ils comptent camper », en attendant une solution à leur problème. Un des manifestants confiera que le nombre des retraités et invalides de l’armée au niveau de la wilaya d’Oran est de 7000, dont 448 sont des nécessiteux postulants aux logements sociaux. Les retraités de l’Armée nationale affiliés à l’Association nationale des retraités de l’ANP, ont déclaré hier, « qu’ils sont victimes d’une injustice qu’ils subissent depuis 20 ans. ». Ils ont soutenu « Quand ils avaient besoin de nous, nous avons répondu présent, et là on est ignorés. ». Ils ont déclaré que leurs demandes de logements datent de plusieurs années et demeurent sans réponse. Hier, les représentants des retraités de l’ANP en colère, ont été reçus par el DRAG en l’absence du Wali. Ils n’ont pas été satisfait de cette rencontre, car selon leur dire, le DRAG, leur a dit, « on peut vous aider pour l’ouverture de locaux commerciaux mais pas pour le logement social dans l’immédiat.». Les retraités de l’armée ont alors décidé de dresser un campement aux portes de la wilaya en attendant le retour du wali.