F.A

Certaines agences de voyage se sont spécialisées dans la prise de rendez-vous de visas, mais aussi dans la constitution des dossiers, alors que leur mission se limite au plus à vérifier si le dossier est complet, cependant d’autres font dans les magouilles en encaissant un peu plus de leurs clients. Un de ces agences, ayant pignon sur rue, implantée à la rue Mirauchaux, vient d’être fermé, justement pour une affaire de faux documents de visa. Cette affaire est passée devant le magistrat instructeur prés le tribunal Djamel El Dine, en fin de semaine. La mise en cause est une jeune femme, ayant eu recours au service de cette agence pour une demande de visa auprès du consulat de France, l’agence s’est occupée selon ses dires de lui préparer le dossier, or il s’est avéré lors du traitement dossier qu’il contenait de faux documents. La police a été saisie et une affaire de faux et usage de faux a été ouverte. La mise en cause M.K, a incriminé l’agence, dont le gérant a pris la fuite. L’agence de voyage El Asfar est fermée depuis l’éclatement de cette affaire, laissant ces autres clients dans la panique, ceux qui y ont déposé leur passeport également pour des demandes de visa, mais aussi pour des voyage organisés et à la carte. Selon nos sources les passeports ont été saisis par les enquêteurs et les employés de cette agence seront entendus en tant que témoins. Rappelons qu’au mois de décembre dernier, un réseau de trafic de dossiers de visas, composé de six personnes âgées entre 24 et 60 ans, dont deux repris de justice, a été démantelé par les services de police d’Oran. Une plainte a été déposée par une victime ayant reçu au niveau d’un bureau d’assistance visas sis au quartier de Maraval, un faux contrat d’assurance spécial visa. Le suspect a été arrêté par la police en possession de quatre cachets humides contrefaits, ainsi que de documents administratifs suspects. La perquisition de son domicile a permis aux policiers de découvrir, des faux documents administratifs, d’un micro-ordinateur et de deux cachets humides. La suite de l’enquête a permis d’arrêter les autres membres du groupe et la récupération de faux dossiers, de documents administratifs et d’un cachet contrefait. Le réseau préparait de faux dossiers de visas européens en échange de sommes considérables. Ils établissaient des documents administratifs mais aussi des « visas» difficiles à authentifier.