Fouzia Hamra

De nombreux citoyens inscrits au niveau des services de l’action social, se plaignent de la lenteur inexpliquée de l’attribution de leurs cartes « chiffa ». Parmi eux, des personnes de plus de 60 ans ainsi que des malades chroniques qui mettent en cause les disfonctionnements et mauvaise coordination entre services, qui font que l’attribution des cartes « chiffa » prennent de longues durée allant jusqu’à plusieurs lois depuis el dépôt de leurs dossiers. Selon les déclarations de ces citoyens, ils se retrouvent à passer leur temps entre les services de l’actions sociale au niveau des délégations urbaines et ceux de la CNAS, sans pour autant voir leurs situations se régler. Une bureaucratie très décriée par ces citoyens du 3ème âge et de surcroit certains souffrant de maladies qui ne comprennent pas les raisons réelles de ces retards abusés.
Lors de notre entretien avec une responsable au niveau du service social communal à propos de cette situation contraignante pour ces personnes âgées, cette dernière nous fera part du manque de coordination entre les services communaux et ceux de la CNAS en précisant qu’elle doit elle-même se déplacer quotidiennement vers les services de la CNAS pour le retrait aux bénéficiaires de l’attestation de non affiliation à la CNAS pour la régularisation des dossiers des citoyens sur les listes de son service. A ce propos, notre interlocutrice nous fera savoir qu’une note a été adressée par le wali d’Oran aux services communaux pour faciliter au mieux, les dossiers des citoyens.
Selon la nouvelle instruction du ministère du travail et de la sécurité sociale, il est fait mention d’une convention entre la CNAS et les services de la commune. Ce qui permettra la facilitation d’octroi de l’attestation de non affiliation qui cause tant de contraintes aux citoyens, notamment ceux d’un certain âge auxquels, il faut assurer toutes les facilitations pour leur éviter les déplacements inutiles.