Boualem. Belhadri

Le maire d’El M’Said (35km au nord-ouest d’Ain Temouchent) a posé le problème des regards et tampons, sans doute des réseaux publics d’alimentation en eau potable et de l’assainissement, qui demeurent enterrés. Et par conséquent élever ces ouvrages à même le niveau du terrain naturel pour pouvoir les entretenir, les curer ou remplacer des pièces spéciales est une opération qui urge, selon Lui. Pourquoi cette opération n’a pas été prévue lors de l’inscription du projet de réalisation des dits réseaux ? Et pourquoi il y a eu silence sur cette question capitale lors de l’inscription du projet de revêtement initialement? Cette interrogation, faisait le tour dans la salle, dans la tête des membres du conseil de wilaya, vraisemblablement. Et ceux qui trouvaient le problème posé leur causer des égratignures n’étaient pas à l’aise bien que bon nombre d’entre eux soient fraîchement installés dans leur poste de responsabilité. « Où était vous ? » disait la cheffe de l’exécutif à l’endroit du maire d’El M’Said. Une question assez gênante mais n’a pas surpris le président de l’APC qui a informé cette dernière en disant « ça date assez loin, c’est un ancien projet et il n’était en poste de responsabilité à cette époque. » Est-il possible d’inscrire une opération portant rehaussement des regards des réseaux publics de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement ? La question de la wali a été directement renvoyée au directeur de la programmation de la wilaya qui acquiesça en disant que c’est faisable. Une fiche technique devait être établie par les services compétents et transmise au plan.