Jalil M.

Le retard flagrant dans la réalisation des projets du programme LPA à Belgaid, a fini par faire réagir le wali d’Oran qui mis fin au contrat de deux entreprises dont les travaux qui leur ont été accordés trainent le pas toujours, au grand dam des souscripteurs qui n’ont cessé de dénoncer cette situation à laquelle ils sont confrontés, surtout que des projets similaires lancés au même temps que celui des 197 logements promotionnels aidés. Ce marché accordé aux entreprises « TURBO 31 » et « SORIBAT » a connu de nombreuses entraves qui ont été derrière cette situation.

Dans le même contexte, Mouloud Chérifi a fixé un ultimatum à l’entreprise « Makhlouf » chargée d’un quota de 102 logements relevant du programme 154 logements. Le wali a été intransigeant en appelant le responsable de l’entreprise à rattraper son retard, pour éviter la résiliation de son contrat. Le premier responsable de la wilaya a effectué un tour à travers les projets de logement en cours, afin de constater de près le taux d’avancement annoncé par l’OPGI, maitre d’ouvrage. Justement l’office de la place Kléber, a été appelé par le wali à faire preuve de plus de rigueur dans le suivi et l’accompagnement de ces projets de logements, et à activer pour trouver de nouvelles entreprises pour remplacer « TURBO 31 » et « SORIBAT » dont le contrat a été résilié du côté de la wilaya.

Ces opération d’inspection menées par le wali interviennent notamment suite aux nombreux sit-in et d’innombrables lettres de doléances des souscripteurs qui l’ont alerté sur la situation catastrophiques au niveau des sites des projets LPA à la traîne, en l’occurrence, 197, 121, 189, 159 et 154 logements à Belgaid.

Les logements vacants attribués aux familles en danger

Lors de sa tournée à travers les chantiers de logement LPA, le wali d’Oran a instruit le directeur de l’OPGI afin de lui remettre le rapport des statistiques concernant les logements vacants qui n’ont pas été distribués à travers les sites Belgaid et Oued Tlélat entre autres. Le but est de remettre les clés de ces logements aux familles concernées par le relogement et dont les immeubles sont classés dans la zone rouge et menaçant ruine. C’est encore le retard enregistré dans les chantiers des logements destinés au programme de la résorption de l’habitat précaire, qui était derrière cette décision, à travers laquelle les responsables des secteurs veulent mettre ces familles en danger à l’abri, notamment avant le début de la saison hivernale.  La fête du 1er novembre célébrant le déclenchement de la révolution, sera l’occasion pour les responsables locaux de procéder à la distribution des logements dans les programmes LPL, LPA et AADL. Une bonne nouvelle pour des milliers de souscripteurs et de bénéficiaires qui attendaient depuis des années ce bout du tunnel, en plus de Belgaid et Ain El Beida, c’est le pôle urbain « Ahmed Zabana » de Misserghine accueillera les premiers habitants dans le programme AADL.