J.M

L’audition de l’ex-wali d’Oran Abdelmalek Boudiaf, mercredi, suivie par l’arrestation du frère de l’ex-patron de la DGSN Hamel, et l’ex-chef de sûreté de wilaya Salah Nouaseri, ainsi que le directeur de l’agence foncière Mohamed Mebarki a levé le voile sur un énorme scandale immobilier, et a permis aux service de sécurité d’ouvrir des dossiers clés, suite aux révélation fournies notamment par le directeur de l’agence foncière.
Ce dernier qui a été arrêté alors qu’il tentait de prendre la fuite vers l’Espagne à bord d’un « Boté » n’a pas hésité de donner des noms de hauts responsables qui sont impliqués dans ces affaires de corruption à grande échelle. Selon nos sources, des magistrats, des colonels de la Gendarmerie et des responsables de l’ex-DRS sont impliqués dans cette affaire de détournement de foncier, qui était destiné à des projets d’utilité publique. Les sites de ces lots attirent les investisseurs qui voulaient à tout prix avoir un emplacement stratégique comme celui de Canstel pour ériger des buildings de haut standing et vendre des apparts à des prix exorbitants.

La liste des corrompus reste ouverte

Salah Nouaseri, qui était le premier responsable de la sécurité à Oran était l’un des piliers de ce réseau mafieux qui agissait sous la couverture de l’un des ténors de la « îsaba » à savoir Abdelghani Hamel, le puissantissime patron de la police. Les investigations des services de sécurité ont permis d’évaluer les biens immobiliers de Nouaseri, qui étaient estimés à 100 milliards cts.
Selon nos mêmes sources, l’enquête qui suit son cours, avec des interpellations et des perquisitions tous azimuts a révélé l’implication des plusieurs autres responsables au niveau de la wilaya d’Oran, un ex-P/APW qui était très proche du cercle présidentiel et des Bouteflika aurait été éclaboussé par cette affaire d’enrichissement illicite et d’abus de fonction.
Des élus et des responsables de l’exécutif seraient également cités. Cette affaire qui en appellera d’autres, est sans doute la première bataille d’un longue et éprouvante guerre contre la corruption et la mafia qui s’est enrichie durant les 20 dernières années sous l’égide de l’ex-régime instauré par le clan Bouteflika, dont une grande partie des mentors se trouve actuellement incarcérée à la prison d’El Harrach. Affaire à suivre…