Boualem Belhadri

Alors que les services de sécurité, de la wilaya d’Aïn Témouchent ont déployé un important dispositif, fort de 600 policiers,  pour sécuriser les 25 centres d’examens, où vont se dérouler  les épreuves du Baccalauréat, édition 2019, du 16 au 20 juin, le premier jour a été caractérisé par une surveillance accrue, non pas uniquement à l’extérieur des centres, où sont répartis les 6.186 candidats, dont 2.522 jeunes filles, 1.874 postulants libres et 19 autres issus des centres de détention, mais aussi à l’extérieur des classes et des centres d’examen. Plus de 3.388 surveillants, dont 1.753 professeurs du secondaire veillaient scrupuleusement  au bon déroulement des épreuves selon les directives strictes qu’ils ont reçues. Cette année, pour permettre aux candidats des localités et cités éloignées d’arriver à l’heure, les horaires ont été modifiés et la première épreuve a été fixée à 8h30mn au lieu de 08heures comme les années précédentes. Pas de véhicules  qui tentent de rester plus de 02 minutes aux alentours des  centres des examens. Les parents d’élèves étaient empêchés de se regrouper et commençaient à parler, provoquant ainsi du vacarme.  Tout le dispositif veillait au grain avec la plus grande vigilance. Les élèves, désirant se rendre aux toilettes sont escortés.  Et pas de baisse dans l’attention des surveillants qui ne laissaient rien au hasard sans le contrôler. Cette fois-ci, tout se déroulait sous les yeux vigilants de 28 observateurs venus des wilayas de Mostaganem, Oran, Tlemcen et Adrar wilayas des circonscriptions d’examens rattachées à l’Office Régional des Examens et Concours d’Oran. En sus, le lycée Maghni-Sandid-Mohamed a été reconduit centre de regroupement des copies et le lycée Bachir-El Ibrahimi élu centre de correction, tous deux implantés au chef-lieu de wilaya, ajoute la même source. A la fin des épreuves du premier jour, le ministre de l’Education Nationale, Abdelhakim Belabed a affirmé : «que tout s’est déroulé dans de bonnes conditions empreintes d’une organisation rigoureuse et une ambiance bon enfant chez les candidats. »

Les mêmes impressions ont été affichées par plusieurs chefs de centres d’examen à Aïn Témouchent,  ils disent ne pas enregistrer de fuite de sujets. A  l’échelle nationale, les avis sont contradictoires. En sommes, les candidats questionnés jugent que les sujets étaient abordables et faisaient partie du programme.