Boualem Belhadri

L’Algérienne Des Eaux (ADE), de la wilaya d’Aïn Témouchent qui enregistre environ 27 milliards de créances impayées détenues par ses abonnés au premier trimestre de l’année en cours, dont le gros lot 35% est détenu par des abonnés ordinaires (consommation domestique), lance des spots à travers les médias et la Radio locale d’Aïn Témouchent, pour persuader ces derniers à vouloir impérativement s’approcher de ses services, pour s’acquitter de leurs dettes, sans tarder. Ceux devant honorer leurs engagements vis-à-vis de l’ADE auront des possibilités d’établir un calendrier échelonné sur une année de paiement, pour éviter les coupures d’eau, en cette période cruciale. Cette sanction intervient, apprend-on après plusieurs avertissements adressés aux mauvais payeurs qui persistent et signent. Cependant, étant donné que la saison estivale débute avec le mois de juin, plusieurs secteurs économiques concernés et responsables de module ont établi leur feuille de route avec des actions bien définies. Les Directions du Commerce, du Tourisme, des Transport, de la Sonelgaz, de la Protection civile, de l’ONA, de l’ADE, de la Santé, d’Algérie Telecom, de la Conservation des Forêts, des Travaux Publics, des Ressources en Eau et les représentants des BHC (Bureaux d’Hygiène Communal) ont été instruits par les autorités de la wilaya pour faire preuve d’abnégation et de dévouement à même de coordonner leurs actions et de contribuer à la réussite de la saison touristique pressentie après l’Aïd El Kébir. Les campagnes de sensibilisation se multiplient et se complètent et plusieurs caravanes culturelles et de sensibilisation sont inscrites dans la feuille de route générale de la wilaya. Ainsi, celle lancée précocement par l’ADE est destinée à ses abonnés pour les informer sur les mesures importantes prises visant, en premier, au recouvrement des créances, la lutte contre les raccordements illicites au réseau public de l’alimentation en eau potable, ainsi que la réparation de toutes les fuites d’eau, afin de lutter contre le gaspillage de l’eau.

Ces derniers jours, plusieurs équipes ont été investies de mesures strictes pour couper l’eau, sans attendre à l’encontre des récalcitrants.

L’eau n’est plus un acte social mais doit revêtir un acte économique de première importance, car il y va de la crédibilité des entreprises publiques et de l’Etat. Sahraoui Abdenour, le directeur de l’ADE d’Aïn Témouchent, a indiqué depuis peu que :«cette campagne de sensibilisation entre dans le cadre du rapprochement de son entreprise du citoyen avec la mise sur pied d’une commission composée d’un représentant commercial, du chargé de la Communication et d’un cadre d’exploitation qui se chargera de mener des actions de sensibilisation en sillonnant les différents quartiers des communes, ciblant particulièrement les mauvais payeurs qui détiennent des créances importantes.»