R. Abderrahim

La chambre de commerce et d’industrie Mekerra avec la collaboration effective de l’inspection de travail a organisé jeudi au siège de la chambre sis au niveau du boulevard de la Macta, une journée d’information faisant état des avantages octroyés aux employeurs qui embauchent des personnes aux besoins spécifiques. Cette journée à laquelle ont pris part de nombreux partenaires de la chambre de commerce entre autres l’ANSEJ, la CNAC, l’ANGEM, la CNAS, la DAS et d’autres associations a été rehaussée par la présence de l’inspecteur général du travail M. Ouragui Azzedine qui nous dira à cet effet : « Cette journée met en exergue les efforts déployés par l’état visant la protection de cette couche fragile de société ». Conformément à l’arrêté datant de 2016 , il a été préconisé une constitution d’ une commission au niveau de la direction de l’action sociale (DAS ) qui sera chargée de mettre des opportunités d’emploi au service des handicapes et également motiver toutes les entreprises publiques ou privées à s’impliquer dans ce processus professionnel pour l’amélioration du cadre de vie sociale des handicapés et par là leur prévoir une meilleure prise en charge. En effet , les pouvoirs publics obligent les entreprises à créer des postes d’emploi pour ces personnes aux besoins spécifiques faute de quoi et en guise de palliatif, elles sont contraintes d’alimenter la caisse par des taxes imposables au niveau de la CNAS en conformité avec la réglementation en vigueur. En cas d’infraction, des mesures dissuasives seront mises en application. Pour rappel, le rendement de ces personnes a été toujours source de motivation par là leur implication dans le monde d’emploi n’est nullement un plaisir mais un droit garanti par la loi par la DAS. Selon M. Ouragui « notre droit est de contrôler et de faire appliquer la loi pour satisfaire les attentes de cette tranche de société » conclura-t-il.