Belmadani Hamza

Suite à des informations parvenues au service de  gendarmerie de la localité d’Es-Sénia faisant état de l’activité suspecte d’individus qui tentaient de mettre en circulation des faux billets. Les gendarmes d’oued Tlélat et de Tafraoui ont réussi une opération de démantèlement d’un réseau de contrefacteurs qui est le 03eme durant ce mois-ci.

Les recherches ont permis l’arrestation de 05  suspects et la saisie de 300 millions de cts en coupures de 2000 Da en monnaie nationale et 38.500 en monnaie étrangère en coupure de 50 euros. Ce montant était prêt à être mis en circulation dans le circuit informel de la devise, le matériel utilisé par ces individus a été saisi. L’enquête se poursuit par la brigade de gendarmerie d’El Kerma. Les suspects seront présentés devant la justice dès la fin de l’enquête.

Notons que la semaine dernière, Les éléments de la compagnie territoriale de la Gendarmerie nationale d’Es-Sénia (Oran) ont saisi 10,3 millions Da en faux billets et démantelé un réseau national spécialisé dans la fausse monnaie. Suite à des informations parvenues à la compagnie territoriale de la Gendarmerie nationale faisant état de l’existence d’un réseau de trafiquants ayant mis en circulation de faux billets de banque à Oued Tlélat et Oran, les éléments de la brigade d’Oued Tlélat, en coordination avec leurs collègues de Tafraoui, ont d’abord arrêté un des éléments de ce réseau qui était en possession de deux faux billets de 2.000 DA portant la même série de numérotation, a indiqué la même source.

Suite à cette arrestation et des investigations plus poussées, les gendarmes ont élargi la compétence de l’enquête pour se déplacer à Bouira, où ils ont arrêté un deuxième suspect, a ajouté la même source. Après une perquisition du domicile du second suspect, une somme de 10,3 millions Da en fausses coupures de 2.000 DA, dissimulée dans un grand carton a été découverte. Cet argent devait être livré à un autre individu. Lors de cette opération, les enquêteurs ont notamment saisi un micro-ordinateur, une imprimante et un scanner, cinq paquets de papier d’impression, ainsi que des cartouches d’encre. Les mis en cause seront présentés devant le procureur de la République territorialement compétent.