Belmadani Hamza

Beaucoup d’automobilistes ont aperçu dernièrement à Oran le renforcement de l’utilisation du radar par les services de police au niveau de plusieurs tronçons routiers, à l’instar de la route du 3èmeboulevard périphérique, la route, reliant El Morchid au rond-point de la Pépinière, ainsi que la route du pont Zabana.

En effet, cette mesure entreprise par la police chargée de la voie publique et de la circulation routière, vise à contrer les chauffards qui n’hésitent pas à circuler à vive allure, ce qui représente un grand danger sur leur vie et la vie des autres automobilistes, surtout que ces tronçons sont parmi les points noirs répertoriés en matière de sécurité routière.

Une décision à cause du nombre des accidents de route qui sont enregistrés périodiquement.

En effet, avant que le radar ne soit opérationnel sur ce tronçon, la signalisation de la limite de vitesse a été installé, des panneaux d’une vitesse autorisée de 60Km/h ont été installés récemment par les services communaux.

Notons que ces derniers mois, l’utilisation du radar par la police à Oran  était confrontée à l’absence de la signalisation.

Les services communaux ont aussi installé par la suite des panneaux, pour avertir les automobilistes.

Selon des sources de la Sûreté de wilaya, le radar a été élargi vers d’autres Sûretés de daïra, où l’utilisation de ce moyen de sécurité routière sera élargi, pour faire face aux accidents de la route au niveau de  plusieurs points noirs en matière de sécurité routière.

Notons que le radar de contrôle routier est un instrument servant à mesurer la vitesse des véhicules, circulant sur la voie publique à l’aide d’ondes radar.

Ce type de cinémomètre est principalement utilisé, afin d’identifier les contrevenants aux limites de vitesse. Ces radars utilisent le principe de l’effet Doppler-Fizeau pour mesurer la vitesse. Ils émettent une onde entretenue (ou continue) qui est réfléchie par toute cible, se trouvant dans la direction pointée. Par effet Doppler, cette onde réfléchie possède une fréquence légèrement différente de celle émise : plus grande fréquence pour les véhicules s’approchant du radar et plus petite, pour ceux s’éloignant.

En mesurant la différence de fréquence entre l’onde émise et celle retournée, on peut calculer la vitesse de la cible.

Ceci se fait en trouvant le battement entre les deux ondes. Les données ainsi obtenues ne montrent que la vitesse radiale entre le radar et le véhicule. Il faut donc que le sens de déplacement de la cible soit en ligne directe vers le radar.

Si la cible se déplace avec un angle par rapport à cette direction, la vitesse notée n’est que la projection sur la radiale au radar.