Des sources médicales qui ont tenu à garder l’anonymat, font état d’un cas confirmé de cholera actuellement en quarantaine au CHU Oran. D’autres cas suspects qui présentent les symptômes de la maladie mais qui ne sont pas pour l’heure confirmés, sont tout de même reçus et suivis au niveau des services spécialisés du CHUO. L’attente des trois jours d’incubations après les prélèvements faits sur les cas suspects, est nécessaire pour se prononcer.
Pour tenter de confirmer la véracité de ces informations, nous nous sommes rapprochés du service de la prévention au niveau de la direction de la santé et de la population. Nos interlocuteurs de la cellule de communication, nous ferons savoir que seule la cellule de crise de wilaya mise en place par le wali d’Oran, est habilitée à se prononcer sur la détection ou non de cas confirmé de cholera au niveau de la wilaya d’Oran.
A Oran, la cellule de crise mise en place et suivie par le wali et son secrétaire général, n’a pour l’instant fait aucun communiqué sur d’éventuel cas de choléra à travers le territoire de la wilaya. Par ailleurs, les membres constituant cette cellule de crise, ont pour mission comme rapporté dans nos précédentes éditions, du contrôle du petit foyer susceptible de provoquer l’épidémie, le suivi de la maladie jusqu’à remonter sa source. L’accent a été mis sur la nécessité de prendre les choses au sérieux en procédant au nettoyage des endroits les plus reculés des 26 communes. Cela dit, au niveau de la direction de la santé, le problème apparu est pris très au sérieux comme indiqué dans ses rapports qui font état du risque réel de contamination dont les symptômes apparaissant après cinq jours d’incubation, ce qui impose une vigilance maximale de tous les instants.