Plaidoyer pour une convention entre les hôteliers et les agences de voyage

Le ministre du Tourisme Abdelkader Benmessaoud achève sa visite de travail

890

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat a évoqué, lors de sa visite de travail et d’inspection qu’il a effectuée ce lundi dans la wilaya de Tlemcen, «la continuité » à l’hôtel «Les Zianides », la station thermale Hammam Boughrara et celle de Hammam Chigueur.
«Eu égard à son histoire, sa culture et ses atouts naturels, Tlemcen est un pôle touristique par excellence, voire international,» dira le ministre qui estime que «le tourisme va bien et l’Algérie aussi.» Avant de faire passer le mot d’ordre politique : «Oui à la continuité dans la stabilité, la sécurité, la prospérité.» Au niveau du restaurant au style mauresque de l’hôtel «Les Zianides», le directeur du Tourisme et de l’Artisanat Yacine Ababsa a présenté son secteur, sous l’intitulé « Réalité et perspectives de développement ». Il a fait état de 76 projets d’investissement dans le domaine de l’hôtellerie, représentant une capacité d’hébergement de 62.074 lits, générant 1.856 postes permanents, en précisant que 28 dossiers sont en cours d’étude et 11 autres achevés.
Au titre de l’exercice 2018, il a été enregistré 19 projets(1214 lits) générant 427 emplois avec un coût d’investissement estimé à 2.295.785 DA.
Dans ce sillage, le directeur indiquera que l’étude de 3 ZET, à savoir : Marsat Ben M’hidi (22 Ha), Moscarda(15,56 Ha) et Aïn Adjroud(105 Ha) est achevée.
Par rapport aux plages interdites à la baignade au nombre de 10, le responsable signale que 04 sites font l’objet d’une étude de viabilisation et d’aménagement.
En ce qui concerne le thermalisme, 03 stations sont en cours de réhabilitation; il s’agit de Hammam Boughrara, Chigueur et Sidi Abdelli.
Pour ce qui est des capacités d’hébergement, il existe 58 hôtels (4093 lits), dont 12 nouveaux, 08 campings et un centre de repos. S’agissant des agences de voyage, elles sont au nombre de 73 ; en 2018, il a été enregistré 37 demandes d’agrément (13 acceptées, une refusée, une reportée et 22 à l’étude). Par rapport à l’artisanat, il est fait état de 6909 artisans affiliés à la CAM et 152 inscrits en 2018.

Les entraves que rencontrent
les opérateurs soulevées

La parole est donnée aux opérateurs tours (gérants d’agence de voyage) venus, entre autres d’Oran, Tissemsilt, Saïda, Tlemcen, de faire part de leurs doléances et préoccupations, à savoir : la question du prix préférentiel, la concurrence déloyale des bureaux d’affaire, les lenteurs administratives, la cherté du billet d’Air Algérie, la protection des touristes étrangers, le partenariat entre agences, la formation…
Un ancien hôtelier, en l’occurrence Amine Chaïbdraâ évoquera le gel de l’école de cuisine située au Mechouar. Dans ce sillage, il a été décidé d’organiser une rencontre nationale entre les hôteliers et les voyagistes pour conclure une convention dans ce domaine…
Le ministre n’a pas raté l’occasion de faire la remarque de l’absence d’une salle de conférence à l’hôtel «Les Zianides » 4 étoiles.
Direction le complexe historique d’El Eubbad, où le ministre a fait une halte spirituelle au sanctuaire du saint patron de la ville Sidi Boumediène El Ghawt avant de visiter la mosquée éponyme. Bourde du directeur de la Culture qui indiquera que le monument est classé mondialement. L’attention du ministre sera attirée par le testament « indéchiffrable » relatif au quartier dit El Magharaba à El Qods, gravé sur une colonne (alors qu’il existe un centre des archives au niveau de ce complexe historique, ndlr).
A la station de Hammam Boughrara qui a bénéficié d’une enveloppe de 550.000.000 DA, les travaux de réhabilitation accusent un retard, d’où la menace d’une résiliation : «Ne viens pas apprendre la coiffure sur la tête des orphelins,» dira le ministre à l’entrepreneur. Capacité de l’établissement : 30 chambres (60 lits) et 14 bungalows (65 lits) et 02 villas (08 lits) ; 1200 bains sont enregistrés par jour.En 2017, la station a accueilli 39.000 personnes. Hammam Boughrara offre un séjour promotionnel d’une semaine en pension complète pour 19.000 DA ; une réduction de 40%(hébergement) est consentie au titre de la convention avec l’UGTA.
Destination : la plage de Tafsout (Honaïne), où un centre familial haut standing (NAFTAL) a été réalisé pour un coût de 227.714.544 DA et réceptionné le 20 avril 2018.
S’étendant sur une superficie de 25.166.60 M2, le centre comprend 42 chalets situés sur un site bucolique (pinède), donnant sur la mer. Durée du camping : 10 jours (hébergement sans restauration)…Cap sur Hammam Chigueur (Maghnia) qui l’objet d’une opération de réhabilitation avant sa concession à un privé. Une fois livré (24 mois), ce projet qui s’étend sur 04 Ha, comprendra 02 hôtels de 140 chambres (410lits) et génèrera 198 emplois permanents. Toujours à Maghnia, le ministre s’enquerra du taux d’avancement des travaux de rénovation de l’hôtel Tafna pour lequel une enveloppe d’un montant de 886.000.000,00 DA a été dégagée. Une deuxième piscine a été réalisée à côté de l’ancienne(réservée aux pensionnaires) pour être destinée au public avec un accès aménagé à cet effet(hors de l’hôtel).
L’établissement sera livré dans 02 mois selon les prévisions du chef du projet.La dernière étape de cette visite ministérielle sera la station balnéaire de Marsat Ben M’hidi, où Abdelkader Benmessaoud devait prendre connaissance de la fiche technique de la zone d’expansion touristique(ZET) de Marsat Ben M’hidi et celle d’Aïn Adjroud.
A cette occasion, le ministre devait inspecter un hôtel appartenant à un investisseur privé, en l’occurrence Nafissa Selmane, avant de faire une virée à la forêt récréative de Marsat Ben M’hidi.