Lancées cette semaine à Mostaganem et au niveau des autres grandes villes du pays (Alger, Oran, Constantine, Sétif, la saison des soldes d’été qui durera jusqu’à la fin du prochain août est accueillie par un certain scepticisme des consommateurs et clients, reprochant à ce genre de campagne promotionnelle à caractère commercial, un manque de crédibilité et en particulier à la lumière de la fraude pratiquée par certains vendeurs qui n’hésitent pas à tricher sur la marchandise et bien évidemment sur le prix.
Les commerçants se lancent dans cette deuxième opération en 2018 après la première saison spéciale soldes d’hiver en février dernier dans l’ambition de faire grossir leur marge bénéficiaire. La plupart des magasins du centre-ville de Mostaganem ont adhéré à cette démarche pour la saison estivale, une période que de nombreux citoyens recherchent pour acheter des produits de qualité et à bas prix. Ce qui a attiré notre attention est que la plupart des magasins en particulier, ceux qui vendent des vêtements ont apposé les affiches et autres autocollants, pour attirer la clientèle (-50% et dans certains cas, à -70%), mais une fois à l’intérieur du magasin les réductions disparaissent comme par enchantement et le client se retrouve avec des prix inchangés.
Mais en dépit de toutes les affiches publicitaires, tentant encore de nombreux citoyens considèrent que les annonces « Soldes » en Algérie, juste une «arnaque » des commerçants, pour se débarrasser des produits qui n’ont pas été vendus dans l’année, où la majorité a souligné que la qualité des marchandises qui détermine l’importance des soldes et non pas les réductions de pourcentage seulement, il y a des magasins identifiés à partir du taux de réduction de -70 pour cent, mais qui ne connaissent pas d’affluence des clients, parce que leurs produits ne sont pas de la bonne qualité.

Les vendeurs augmentent leurs prix juste avant la saison des soldes

Selon l’un des clients rencontrés, « les Algériens recherchent avant tout la qualité, puis les prix et certains commerçants ont tendance à contourner les lois pour écouler leurs marchandises, tout au long de l’année, en essayant de compenser leurs profits, en ayant recours à la fraude sur les prix.»
Ils bernent leurs clients avec de fausses réductions, et laissent les étiquettes de prix d’origine sur leurs produits et suspendent de grandes bannières que les clients estiment que le taux de réduction a été de 20%, voire 50%. Mais en fait, les premiers prix n’ont pas diminué d’un centime. Ainsi, le consommateur est victime de ces pratiques sans le savoir. Cependant, malgré les efforts de la Direction du Commerce pour freiner ces pratiques, cela n’a pas été bénéfique, surtout au vu de la multiplicité des magasins, participant à la campagne des soldes d’été. De nombreux citoyens ont remarqué que certains commerçants avaient relevé les prix initiaux des vêtements et des chaussures avant le début de la période des soldes et que, lorsque le taux d’actualisation a été appliqué, les prix sont redevenus normaux, certains même plus élevés qu’en temps normal.