Après avoir raflé les marchés des grands projets infrastructurels à travers l’ensemble du territoire national, les entreprises chinoises font désormais main basse sur les chantiers de particuliers, un constat justifié par leur présence dans la réalisation des promotions immobilières et pas seulement, villas, habitations individuelles et grandes structures commerciales, sont désormais des chantiers pour lesquels ont fait directement appel aux équipes chinoises, à Oran comme à travers d’autres villes du pays, ces entreprises ont su s’adapter et s’intégrer dans le monde du bâtiment et ses arcanes administratives.
Délai de réalisation rapide, organisation de chantiers, travail d’équipe en 3×8, c’est-à-dire un travail de jour et de nuit avec des équipes qui se relayent, tous ces atouts ne peuvent qu’arranger les décisions des promoteurs et des maîtres d’ouvrage, qui veulent une construction qui monte rapidement et à moindre coût, sans soucis particuliers avec les ouvriers qui ne rechignent pas à la tâche.
On a eu à le constater à Oran, de gros projets de réalisation de promotions immobilières, par exemple se retrouvent en peu de temps, avec des taux d’avancement très rapides et l’on peut même compter le nombre des étages au fil des jours. Un secret et savoir-faire bien chinois, qui supplantent toutes autres entreprises concurrentes.
Du côté de la rue Larbi Ben M’hidi, au centre-ville d’Oran, un exemple d’une promotion immobilière, dont la réalisation a été confiée à l’un des plus importants groupes chinois, China State construction ENRG (CSCEC) en l’occurrence, le chantier en question est en phase d’achèvement, alors qu’il a débuté en début de cette année en cours.
Il faut dire que l’efficacité des entreprises et groupe chinois n’est plus à démontrer à travers le monde, et en Algérie comme ailleurs, ils arrivent à supplanter, Américains, Allemands et Français.

Les Chinois raflent tous les contrats sur leur passage !

Timide mais très présents durant les années 1980 en Algérie, ils sont arrivés à rafler les plus gros projets, entre autoroutes, hôtels, barrages hydrauliques, hôpitaux, logements, jusqu’à la Grande Mosquée lancée par le président de la République pour un milliard d’euros. Les entreprises chinoises ont raflé les grands projets infrastructurels et sont arrivées à s’imposer, laissant loin derrière eux, entreprises nationales qu’elles soient publiques ou privées.
Pour rappel, les Chinois ont réussi à prendre le marché de la Grande Mosquée d’Alger, troisième plus grand édifice religieux au monde, le projet a été confié à la China State construction ENRG (CSCEC), en plus d’un important projet de production de matières premières destinées à des médicaments.
Deux projets qui attestent de la puissance et de la présence reconnue des Chinois dans l’économie nationale. Un autre projet qui confirme cet état de fait, le projet de parachèvement du terminal international Houari Boumediene qui avait pour rappel été confié en 2003 au groupe chinois CSCEC pour un montant de 2,6 milliards de dollars.Trois années plus tard, en 2006, le terminal était devenu opérationnel.
Le même groupe CSCEC, reconnu pour être un véritable empire, obtiendra par la suite, la réalisation du nouveau siège du ministère des Affaires Etrangères, celui du Conseil Constitutionnel, la construction de l’hôtel Sheraton à Alger ainsi que des dizaines de projets de logements sociaux à Alger, Sétif, Annaba, Constantine, Oran.CSCEC possède aujourd’hui des chantiers dans presque toutes les wilayas du pays.
Il faut savoir que le montant des projets décrochés par les entreprises chinoises en Algérie durant ces dernières années, s’élèverait à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Une communauté chinoise respectée à Oran

La ville d’Oran et ses citoyens, n’ont jamais enregistré le moindre litige entre nos concitoyens et les membres de la communauté chinoise présente en grand nombre à Oran. Une communauté qui commence à marquer sa présence et qui connaît aussi une nette augmentation au fil des mois et des années, au point devenir plus importante que les autres communautés, turque, syrienne et française. Par ailleurs, très présente à Oran comme dans les autres villes du pays, la communauté chinoise s’est bien implantée et a acquis un grand capital de confiance auprès des autorités nationales et l’ensemble de la société, cette communauté est bien partie pour se créer son «China Town» à Oran comme elle l’a su le faire à travers plusieurs Capitales du monde.