Le commissaire-adjoint assure l’intérim à la tête de la Sûreté de wilaya

Après le limogeage de Salah Makhlouf

1251

Le Chef de Sûreté de la wilaya de Tlemcen Salah Makhlouf vient de subir le même sort que son collègue d’Oran Salah Nouaseri.
En effet, une décision émanant du nouveau DGSN le colonel Mustapha Lehbiri, a mis fin aux fonctions du Contrôleur de la Police. Une décision qui intervient quasi concomitamment avec celle, ayant ciblé le patron de la police de la wilaya de Tipaza. Ainsi, en une semaine, et depuis sa nomination à la tête de la DGSN, en remplacement de Abdelghani Hamel, l’ex-patron de la Protection civile a décidé d’opérer dans ce cadre des changements en série au niveau de plusieurs wilayas, en l’occurrence Alger, Oran, Tipaza et Tlemcen. C’est le tout nouveau commissaire-adjoint, affecté il y a une quinzaine de jours à la Sûreté de wilaya de Tlemcen qui assure l’intérim, en attendant l’installation du successeur de Salah Makhlouf.
Il faut rappeler que ce dernier qui exerçait auparavant les mêmes fonctions à Tindouf, avait été installé en septembre 2015 à Tlemcen, en remplacement de Mohamed Zemmour qui a été promu en qualité de Chef de Service Régional de la Police sud-est à Ouargla.
La cérémonie d’installation a été présidée par le Contrôleur Ouahrani Nouredine, Inspecteur Régional de la Police de l’Ouest. Il convient de souligner dans ce contexte que le paysage sécuritaire a connu dernièrement d’autres changements, à savoir : le limogeage a priori du directeur régional des Douanes Belkheir Hamel, le frère de l’ex-DGSN (qui ne sera resté que quelques jours au siège de Bab Wahran), le départ du responsable des Renseignements Généraux et la mutation du commandant du groupement territorial de la Gendarmerie Nationale le colonel Abdelkader Boukhalda, affecté au même poste à Alger.
Par ailleurs, il y a lieu d’indiquer que le dernier mouvement opéré dans les rangs du secteur de la Justice n’a touché aucun magistrat à Tlemcen. A ce titre, ni la Cour de Tlemcen, ni le tribunal de première instance, ou le tribunal administratif, ainsi que le Parquet, n’ont connu de changement de personnel.