Les habitants de la cité Chérif Yahia à la daïra d’Es-Sénia sont sans eau, un cauchemar qui perdure depuis quelques semaines. Selon des riverains, le quartier de Chérif Yahia (200 logts) compte aujourd’hui plus de 2.000 habitations connaît des perturbations dans l’alimentation en eau potable. Les habitants se plaignaient déjà du débit très faible de l’eau distribuée, le temps de quelques heures avant qu’elle ne soit coupée à nouveau. Un scénario qui leur rappelle la période des pénuries d’eau qu’ils ont connue il y a des années de cela. Nous avons essayé d’appeler le service client de la Société de l’Eau et de l’Assainissement (SEOR) pour avoir plus d’informations, mais nos appels sont restés sans réponse. Une habitante du quartier, nous dira : «J’ai appelé le service client et la dame à l’autre bout du fil m’a juste dit qu’il s’agit de perturbations, sans plus de détails. C’est quoi ces perturbations, alors qu’il n’y a pas de travaux en cours ?! On aimerait bien savoir quand cela va finir ces perturbations ? » S’interroge cette mère de famille.
D’autres habitants ont affiché leur colère contre la SEOR, notamment les propriétaires de commerces tels les cafés, les fast-foods et les boucheries qui ont besoin d’eau pour garantir l’hygiène de leurs produits et assurer un service de qualité à leurs clients. Selon ces mêmes habitants, l’eau est plus qu’indispensable avec cette chaleur: pour laver et se laver, pour boire, pour garantir une hygiène de tous les aliments comestibles et éviter ainsi des cas d’intoxication.
La wilaya d’Oran a bénéficié du grand projet lancé par l’Etat algérien, afin de pouvoir assurer la sécurité en eau potable de la population et garantir une alimentation 24h/24 en eau potable.
Certes, le projet a été mené jusqu’au bout, mais faut-il se contenter de réaliser un projet et de le laisser à l’abandon ?
Le grand défi, reste celui de maintenir ces acquis et d’assurer la pérennité d’un service de qualité.