Dans le cadre de la lutte contre les crimes économiques et financiers à travers la wilaya de Mostaganem, la Brigade Financière  de la Police Judiciaire, relevant de la Sûreté de wilaya a réussi à mettre un terme à l’activité d’un réseau d’escrocs composé de 08 individus, âgés entre 28 à 51 ans, originaires des wilayas de Mostaganem et Ouargla, a fait savoir samedi dernier, le Chargé de Communication de la Sûreté de police l’officier Bachir Belkacem.

La genèse de l’affaire date 27 février 2018 vers 08h,  lorsqu’une personne s’est présentée au commissariat de police de Mostaganem, pour signaler le vol de son véhicule de tourisme immatriculé dans la wilaya de Mostaganem.  Très rapidement, les forces de sécurité spécialisées dans la lutte contre le vol de voiture ont été mises en branle par le responsable hiérarchique, pour enfin retrouver le véhicule à  minuit, et d’après les éléments de l’enquête préliminaire, il s’est avéré que le propriétaire de la voiture a été victime d’une escroquerie par l’exploitation du véhicule, et est également propriétaire d’un camion acquis dans le cadre de l’Ansej. Les enquêteurs ont découvert 62 dossiers et des pièces d’identité appartenant à plusieurs victimes. En poursuivant l’enquête, les policiers ont pu identifier les membres de ce réseau, dont le meneur principal dénommé KH. A., âgé de 28 ans, originaire de la wilaya d’Ouargla est en état de fuite, alors que les autres membres ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem qui a ordonné leur détention, en attendant leur jugement. Le réseau s’appuyait sur 02 rabatteurs identifiés par les policiers et il s’agit de G.M., 39, résident à Mostaganem et  W.M., 28 ans, résident à Batna.

Au total, 46 victimes sont dénombrées par les enquêteurs, la plupart des jeunes de la wilaya de Mostaganem, bénéficiaires d’engins dans le cadre des dispositifs de l’Ansej et CNAC. Les 07 autres membres du réseau ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem qui a ordonné leur détention préventive en attendant leur jugement.