Miramar un quartier qui revendique un statut de lieu culturel

1479

Avec ses bibliothèques, sa cinémathèque et ses multiples associations à caractère culturel et environnemental, le quartier de Miramar, relevant de la délégation urbaine El Emir, aspire à une meilleure prise en charge par les autorités locales.
Une aspiration revendiquée par les milliers de jeunes qui ont fait de cette circonscription, située au cœur de la ville d’Oran, un haut lieu de rencontres, où se mêlent, culture, savoir et épanouissement.
Les graffitis et tags sur une large façade à proximité du square Port Saïd et son autre jardin de proximité, renseignent et expriment toute cette envie de jeunes d’occuper cette grande Place prémunie à ce jour; contre tout commerce anarchique, ou activité informelle.
Une réflexion est actuellement en cours, entre jeunes et moins jeunes, afin de trouver la formule à présenter aux autorités publiques et notamment aux exécutifs communaux de la wilaya et de l’APC, afin qu’un débat soit ouvert et ce serait une première pour permettre l’émergence au centre-ville d’Oran, d’un quartier ou d’un secteur, où se développera une vie culturelle avec toutes les dimensions que cela sous tend.
Une situation comme on en retrouve dans toutes les villes du monde, où le vivre ensemble est une réalité, comme l’ont si bien suggéré nos autorités devant les Nations-Unies et dont l’idée a été retenue officiellement à l’échelle mondiale. Appliquons-le alors, pour la ville d’Oran qui s’y prête parfaitement.
La ville d’Oran et son quartier de Miramar, peuvent-ils passer à autre chose que le commerce et la promotion immobilière, et permettre plutôt l’émergence d’un lieu que partagent, les jeunes de tout horizon, d’Oran et d’ailleurs et faire du Vieux Miramar, un lieu de convivialité, où se rencontreront intellectuels, artistes, musiciens, petits et grands lecteurs, cinéphiles et épris de la nature et de la sauvegarde de l’environnement.
Dans ce quartier, les associations « Bel Horizon», Petit lecteur, et la Galerie d’art Civ œil, forment une proximité culturelle ouverte à tous les jeunes sans exception aucune.
Dans le même secteur, deux autres associations pour l’épanouissement des droits des femmes, un peu plus haut la cinémathèque d’Oran qui a résisté à la décrépitude, comme c’est le cas et ils sont nombreux à disparaître tous les cinémas de quartiers d’Oran.
Les cafés et fast-food, ouverts aux alentours ont suivi le rythme de vie du quartier de Miramar, le Wifi a rassemblé, les jeunes ont suivi et ont décidé de s‘emparer de cet espace, une façon à eux de préserver cet endroit du béton et de la course à la promotion immobilière tous azimuts.