Younes Zahachi

Qui a dit que la bonté est disparue ? Hé bien non, elle existe encore chez nous, malgré les perturbations engendrées par la pandémie du « Coronavirus » et les ballottements d’une économie qui se cherche. Pour preuve, c’est l’exemple de cet homme de au grand cœur qui, sous le masque de l’anonymat, a choisi le quartier miséreux, appelé « le plateau de la Marine » pour offrir, pas moins de 75 kits alimentaires, à des familles nécessiteuses qui y vivotent et ce par l’entremise de quelques riverains respectés pour leur amabilité et discrétion qui sont en fait les membres bénévoles de l’association de ce quartier. Les familles bénéficiaires de ces kits ne figurent pas sur les listes des nécessiteux recensés par la mairie, les associations caritatives de la société civile ou la direction de l’action sociale et de la solidarité de la wilaya. Et pour cause, ce sont des familles qui vivent au jour le jour, un jour avec et un jour sans, de quoi survivre, sans se faire remarquer ou attirer une quelconque attention, de peur pour leur dignité. Oui, mais il y a des âmes charitables ayant un grand cœur qui connaissent cette disposition de pauvres gens qui ne demandent pas et qui ne quémande rien. Heureusement pour eux, il y a des « anonymes généreux » qui ont été conduit par leurs qualités humaines, vers un élan de solidarité, à agir par une méthode non conventionnelle, a aider des « anonymes nécessiteux » et, ce faisant, ils aident aussi leur prochain par des gestes qui n’on pas de prix. Nous l’avons apprise quand même et savons que ces « anonymes », de quelque bord qu’il soit, sont des gens qui ont des principes et des valeurs très respectables à plus d’un titre.