J.Moncef

Deux mis en cause B.Ahmed et B.Abdellaziz ont comparu devant le tribunal criminel de première instance pour répondre du grief de trafic de stupéfiants. Suite aux délibérations, la peine de 07 ans de réclusion a été retenue contre eux. Le représentant du ministère public avait requis à leur encontre la peine de 20 ans de réclusion.
Les faits de cette affaire remontent au 18.12.2016, lorsque les gendarmes de la ville de Maghnia, agissant sur informations, ont arrêté B.Abdelaziz en flagrant délit, en pleine transaction de 25 kg de kif, qui lui avait été ramenée du Maroc. Confronté aux faits il ne pourra les nier et donnera les noms de ses complices tout en citant des barons marocains qui se trouvaient derrière ce trafic. Il citera un certain B.Mohamed qui l’avait appelé pour qu’il réceptionne cette marchandise, ajoutant que le dénommé El Wassini, un nom cité dans les plus grandes affaires de trafic de stupéfiants à la frontière ouest du pays, est derrière ce trafic. Le dénommé B.Mohamed tout comme le fameux El wassini resteront introuvables. B.Abdelaziz ajoutera que ces stupéfiants réceptionnés devaient être acheminés vers la ville d’Oran. C’est ainsi que le nom du second prévenu a été avancé. Il sera également arrêté et confronté aux faits qu’il ne niera pas, lui aussi parlera d’une personne qui l’aurait contacté par téléphone pour qu’il réceptionne le kif à Oran et le stocke chez lui contre la somme de 20 millions de centimes. Cité à la barre du tribunal criminel, le dénommé B.Abdelaziz tentera de minimiser les faits cherchant à se décharger partiellement en déclarant qu’il ignorait qu’il devait réceptionner des stupéfiants. Quant à B.Ahmed il reconnaîtra les faits et dira une fois de plus avoir été attiré par le gain facile. La défense des deux mis en cause plaidera les circonstances atténuantes.