Younes Zahachi

A l’occasion de la journée mondiale de l’autisme, la Direction de l’action sociale et de la solidarité (DASS) de Mostaganem, a pris la louable initiative d’organiser « journée d’Etude », qui s’est déroulée dès la matinée de ce Samedi, 3 Avril 2021au niveau de la salle des conférences de la wilaya de Mostaganem. Tout une panel de Professeurs, Médecins praticiens, chercheurs -universitaires,psychologues,orthophonistes,pédagogues,directeurs de centres….sont venus de divers endroits des wilaya de Tlemcen, Sidi Bel Abbes, Oran et Mostaganem participer à cette rencontre éminemment scientifique. Dans ce panel, notons l’intervention de Mme. Blel, docteur conférencière au niveau de l’Université « Abdelhamid Ben Badis », de Mostaganem et membre du laboratoire d’études en sciences de la psychologie et de l’Education auprès de la faculté de l’Université2 d’Oran ; la Docteur Wahiba Mhida, titulaire d’un Master2 professionnel spécialisée dans les troubles d’autisme auprès le l’Université « Djillali Liabes » de Sidi Bel Abbès. Mme. Khadidja Bouchakor nous a confié : « il est attendu que cette journée d’étude apporte des réponses aux questionnements qui se rapportent à l’évaluation objectives de la situation actuelle, sur la base de donnée quantitatives et qualitatives, notamment sur le niveau d’efficience des méthodes utilisées dans les centres d’éducation psychopédagogiques. ». Dans ce sens, la responsable du secteur ajoute qu’«elle espère que cette rencontre dégagera des recommandations de grande valeur dans le sens où elle apportera un éclairage en direction de l’opinion public, à savoir que l’autisme n’est pas une fatalité sociale et qu’il peut être parfaitement traité avec un taux de guérison et d’intégration sociale élevé, à condition toutefois de dépister précocement ce trouble neuronal et psychique ». Mostaganem, avec ses quelques 600 cas d’autistes en augmentation sensible suivant la courbe de la croissance de la population, ne ménage aucun effort de prise en charge qualitative constamment améliorée. Dans cet esprit, Mme. Khadîdja Bouchakor espère que les recommandations que feront les spécialistes, participants à cette journée d’étude sur l’autisme, dans notre société, sera une sorte de mise à jour des dernières connaissances, d’une part et d’autre, part ces mêmes recommandations soient une base de travail, revue et corrigé, des méthodes de traitement de l’autisme, au niveau des centres psychopédagogiques pour enfants. Rappelons que la wilaya de Mostaganem, avec (03) centres psychopédagogiques enfants autistes, implantés à Achaâcha, Sidi -Ali, Mazagran et son annexe de Tigditt .Par exemple, ce dernier centre manque cruellement de postes d’emploi pour faire face à une demande dépassant sa capacité nominale. Les handicapés mentaux étant de plus en plus nombreux dans la wilaya de Mostaganem, ce sont par exemple 220 enfants qui sont pris en charge par le centre psychopédagogique de Mazagran qui arrive tant bien que mal à fonctionner en état de surcharge de 100% par rapport à ses capacités réelles avec ne sus la prise en charge de plus 44 autres enfants handicapés actuellement au niveau de son « centre d’extension de Tigditt ».A noter que ce dernier active avec 50% de sa capacité d’accueil à cause du manque d’encadrement sachant qu’il peut accueillir 80 enfants autistes. Le manque de postes budgétaires pour le recrutement et l’emploi, limite son plein fonctionnement..