H.N

Les enquêtes menées par la commission de logement dans la daïra d’Oran, ont permis à ce jour d’assainir la liste des demandeurs, découvrant 5129 demandeurs ayant déjà bénéficié de logement dans le cadre des différentes formules, a indiqué hier lors d’une conférence de presse, le chef de daïra d’Oran, M. Mourad Rahmouni.
Les cas découverts par la commission seront incessamment communiqués avant l’affichage de la liste finale des bénéficiaires, a indiqué le même responsable, ajoutant que la commission du logement de la daïra d’Oran, qui entamé son travail le 10 décembre 2020, a étudié à ce jour pas moins de 16.135 dossiers.Concernant les dossiers à points, le chef de daïra n’a pas donné de date précise quant à l’affichage de la liste des bénéficiaires des 3.900 logements dédiés à ces demandeurs dont une grande partie est inscrite dans les années 70 et 80, indiquant que des enquêtes minutieuses sont menées, et que l’opération est dans sa phase finale. L’affichage de la liste des bénéficiaires durant ce mois de mars a été écarté par le chef de daïra d’Oran, suite aux derniers rebondissements dans les enquêtes des dossiers à point. La commission qui a obligé les demandeurs de joindre dans leur dossier des photos récentes des logements qu’ils occupent, a découvert qu’un bon nombre de ces demandeurs ont changé de résidence, d’où la décision de faire des sorties inopinées
Dans le même cadre, le chef de daïra n’a pas caché que la tâche de la commission est difficile, une mission selon lui qui a été accentuée par le nombre important des demandeurs sur un cumul de plus de 30 ans, ajoutant que pas moins de 40% des enquêtes effectuées auparavant ont été annulées et renouvelées.Dans ce sens, il indique que le nombre des dossiers de demandeurs a été assaini pour passer de 99.700 à 43.000 dossiers lors de la première opération d’assainissement effectuée entre 2017 et 2018, pour augmenter à 47.800 en 2018, ajoutant que 34.958 dossiers ont été inscrits entre la période allant de 1975 à 2014, alors que le reste entre 2014 et la période allant de 2019 à 2020.
Par ailleurs, le chef de daïra a précisé que l’opération d’étude de dossiers a connu des complications entravant son déroulement dans les délais attendus, puisqu’une bonne partie de demandeurs a présenté des dossiers manquants et ont été appelés à les compléter, précisant que des centaines de cas n’ont pas joint leurs bulletin de paie et justification de revenus à leurs dossiers respectifs, une pièce indispensable notamment dans les dossiers à points pour déterminer calculer leur éligibilité de bénéficier d’un logement social.