Hafida B.

Les gangs de quartiers doivent se tenir à carreaux, une lutte sans merci est annoncée à leur encontre par les services de sécurité, tel est la décision du Président de la République Abdelmadjid Tebboune.

Ces gangs qui ont semé la terreur dans les quartiers faisant régner la loi du talion, se disputant les territoires et le plein pouvoir, ont toujours menacé la sécurité et les biens des citoyens. Les guerres entre gangs n’ont jamais cessés à Oran, elles sont toujours aussi sanglantes, accentuées par les déplacements des populations dans le cadre des opérations de relogement. Les gangs rivaux de quartiers populaires à l’exemple de Derb, El Hamri, Saint Pierre et Cavignac se sont retrouvés dans une même zone alors qu’avant ils étaient dans des quartiers distants les uns des autres.
Ce rapprochement a été à l’origine de plusieurs guéguerres entre les gangs qui cherchaient à prendre les commandes de la zone. A l’issue de ces batailles rangées où les armes blanches de tous types et mêmes des armes inventions propres aux malfrats, des arrestations ont été enregistrés par les services de sécurité, alors que des blessés et des morts sont tombés dans les champs de violence.

Pas de grâce pour les membres des gangs

Dimanche, en conseil des ministres le Président de la République a ordonné d’exclure les personnes condamnés, membres de ces bandes, des procédures de grâce.
Le président de la République qui présidait une réunion, par vision conférence, du Conseil des ministres, a ordonné de « lutter sans relâche contre le phénomène de bandes criminelles de quartiers qui ont connu un pullulement ces dernières années, notamment dans les grandes villes à la faveur de la faiblesse de l’autorité de l’Etat, d’où l’impératif renforcement des mesures coercitives en vue de protéger les citoyens et leurs biens, de ces bandes criminelles qui sèment le chaos, terrorisent les citoyens et s’adonnent au trafic de drogue en se servant de l’argent sale ».
Les peines d’emprisonnement pour les membres des gangs seront plus lourdes, « allant de cinq (05) ans à la perpétuité en cas d’homicide, assorties d’une amende allant jusqu’à 2 millions DA », a instruit le Président qui a chargé le ministre de la Justice, Garde des Sceaux d’élaborer une loi contre le kidnapping pour préserver la sécurité des citoyens et de leurs enfants.
Les armes blanches étant les armes favorites des bandes criminelles et des gangs, allant du petit canif au grand couteau « bouchia » aux sabres de samouraï et ceux confectionnés de façon artisanales par les ferronniers, le Président Tebboune a également ordonné d' »interdire l’importation, la vente, la possession, l’utilisation ou la fabrication d’armes blanches, sabres et poignards, destinés aux bandes de quartiers et d’exclure les personnes condamnés, membres de ces bandes, des procédures de grâce ».Il a également ordonné d »‘instituer des mesures légales devant protéger les différents corps de sécurité, chargés de lutter contre ces bandes ».