B.Boukleka

Les transporteurs de l’Entreprise de Transport relevant de la wilaya d’Oran (ETO) ont observé ce mercredi, un mouvement de grève et ce, pour exprimer leur mécontentement quant aux mauvaises conditions socioprofessionnelles.
En effet, selon les informations recueillies par un représentant de l’ETO en fin de matinée de cette journée, le non versement ou plutôt, le non règlement de leurs salaires datant de plusieurs mois, est l’une des principales raisons ayant poussé les grévistes à manifester. Cette situation a créé un mouvement de colère et de déception chez les citoyens notamment les voyageurs devant se déplacer aux différents points de la ville d’Oran et ses alentours, pour diverses raisons.
« Nous ne pouvons supporter ce calvaire, cette misère. Nous demandons en fin de compte, que nos droits. Qu’ils nous règlent notre situation financière surtout en cette période de fête d’Aïd El-Adha », déclara un agent de cette entreprise très ému et très coléreux, comme tant d’autres de ses collègues. Et comme dit le proverbe « Le malheur des uns fait le bonheur des autres », cela s’explique par la présence des « clans » qui profitant d’une telle situation, se rabattent au niveau de différents arrêts proposant ainsi, leurs services à des prix inabordables pour certaines familles sans ou à faible revenus ; d’ailleurs, c’est le moment propice pour certains «clans », de sucer le sang aux citoyens en général et aux voyageurs en particulier.
A noter, que plusieurs mouvements de grève ont eu lieu et pour les mêmes raisons. Enfin, que les responsables concernés interviennent pour régulariser la situation financière du personnel de l’ETO, afin de mettre fin à cet dépassement, car cela ne fait que ternir l’image de l’entreprise. En attendant que la situation se remédie, le personnel de l’ETO continue à prendre son mal en silence.