Belmadani Hamza

L’association de chasse «Oussoud Wahran» a organisé  jeudi dernier, une campagne de sensibilisation au profit de ces adhérents contre le braconnage, suivie du serment de 06 chasseurs parmi les 112 affiliés à l’association, dans le but de faire face à ce phénomène qui met en péril l’écosystème.

Cette campagne de sensibilisation a permis de donner plusieurs conseils aux chasseurs.  Une sortie est prévue après l’Aïd El Fitr pour découvrir le niveau de solidarité entre les chasseurs, et comment vont-ils se comporter  en cas de blessures de l’un d’entre eux, afin d’appliquer les conseils théoriques sur le terrain.

Notons que près de 30.000 animaux de différentes espèces ont été récupérés par la Direction Générale des Forêts (DGF) entre 2015 et 2018 dans le cadre de la lutte contre le braconnage. Concernant la lutte contre l’extinction des espèces menacées, la stratégie nationale de conservation de la faune sauvage en Algérie a été concrétisée par des entités territoriales d’intervention à travers 04 réserves de chasse, 08 parcs nationaux, 03 centres cynégétiques et 48 Conservations de Forêts.

Les principales espèces visées par cette stratégie sont le cerf de Berbérie, le mouflon à manchette et la gazelle de cuvier. Le cerf de Berbérie est une espèce herbivore endémique d’Afrique du Nord.

Mais du fait de la pression exercée par l’homme à travers l’urbanisation et le braconnage, le pays ne compte actuellement que 27 cerfs de Berbérie élevés en captivité au niveau du centre cynégétique de Zéralda tandis que plus d’une centaine vivant dans leur habitat naturel entre les wilayas d’El Taraf, Guelma et Souk-Ahras.

Concernant le mouflon à manchettes, également herbivore, l’animal a pour habitat les zones rocheuses et arides des montagnes des 02 Atlas. L’Algérie compte 102 individus de cette espèce, élevés au niveau de la réserve de Tlemcen et 29 autres au niveau de la réserve de chasse de Djelfa.